Le Collectif d’Avocats José Alvear Restrepo remet aux mains du DAS ses mesures de protection

jeudi 7 avril 2011, par Prensa - Colectivo

Toutes les versions de cet article : [Español] [Español] [français]

Le Collectif d’Avocats José Alvear Restrepo fut une des principales victimes de la persécution systématique menée par le DAS et les autres agences de renseignement, suivant l’exemple du gouvernement d’Alvaro Uribe Vélez qui qualifiait notre travail en faveur de la défense des droits de l’homme de terroriste ainsi que de menace contre le gouvernement et la sécurité nationale. Le programme de du Ministère de l’Intérieur fut même utilisé dans le but de suivre et contrôler nos activités en tant que défenseurs des droits de l’homme.

Defensores de derechos humanos |

Nous avions l’espoir que cette persécution prendrait fin sous le nouveau gouvernement de Juan Manuel Santos. Cependant, au cours des derniers mois, les filatures, menaces et autres agressions ont augmenté. Face au silence du gouvernement quant à nos demandes répétées afin d’augmenter les mesures de protection, nous nous voyons obligés de remettre aux mains du DAS les mesures de protections matérielles consistant en des blindées ainsi que des chauffeurs. L’État n’a, de plus, toujours pas garanti les mesures politiques de protection alors que les mesures matérielles étaient quant à elles déjà précaires et utilisées afin de contrôler nos activités.

Nous avions l’espoir que cette persécution prendrait fin sous le nouveau gouvernement de Juan Manuel Santos. Cependant, au cours des derniers mois, les filatures, menaces et autres agressions ont augmenté. Face au silence du gouvernement quant à nos demandes
afin d’augmenter les mesures de protection, nous nous voyons obligés de remettre aux mains du DAS les mesures de protections matérielles consistant en des voitures blindées ainsi que des chauffeurs.

L’État n’a, de plus, toujours pas garanti les mesures politiques de protection alors que les mesures matérielles étaient quant à elles déjà précaires et utilisées afin de contrôler nos activités.

Du fait de la mauvaise expérience passée et de la persécution subie, le Collectif d’Avocats José Alvear Restrepo annonce qu’il n’acceptera désormais plus de mesures de protection provenant du DAS ou de quelconques agences menant a bien des activités de renseignement. Il n’acceptera pas non plus de mesures de protection fournies par des entreprises privées.

De ce fait, le 7 avril au matin, nous avons remis au DAS les voitures blindées ainsi que le personnel humain dont nous bénéficions à travers le programme de protection.

Nous avons également envoyé une lettre publique au Président de la République Juan Manuel Santos dans laquelle nous expliquons les raisons de cette décision forcée. Nous sollicitons de même une réunion avec le Président, afin de résoudre à travers un dialogue commun le problème des mesures de protection demandées par le CCAJAR.
Le Collectif d’Avocats fait savoir à la communauté nationale et internationale qu’il rend responsable l’État colombien de toute agression dont pourrait être victimes ses membres ainsi que leurs familles.

Lire la lettre adressée au président Santos

Afiliaciones

Afiliado a la Federación Internacional de Derechos Humanos
y la Organización Mundial contra la Tortura
Estatus Consultivo en la OEA

José Alvear Restrepo

Nace en Medellín el 1 de julio de 1913 en el seno de una familia de profundas convicciones religiosas y bajo los parámetros de la ideología del partido conservador. Realiza sus estudios en la Facultad de Derecho de la Universidad de Antioquia, donde se gradúa de Abogado con una brillante tesis titulada: "Conflictos del trabajo: la huelga"

Ed. Avianca: Calle 16 No. 6-66 Piso 25 - Bogotá DC - Horario de Atención: Martes a Viernes, 2 a 5 pm - PBX: (571) 7421313 - FAX: (571) 2824270 - Apartado Aéreo: 33035